Les 4 principaux types de maladies non transmissibles (MNT)

Les maladies non transmissibles (MNT) sont un groupe de maladies de longue durée et à progression généralement lente. Les MNT ne peuvent pas être transmises d’une personne à une autre. Ils sont causés par une combinaison de facteurs génétiques (probablement moins de 3 %) et d’expositions environnementales tout au long de la vie (même avant notre naissance).

Les MNT comprennent quatre grands groupes : les maladies cardiovasculaires, les cancers non héréditaires, les maladies respiratoires chroniques et le diabète. Un cinquième groupe, la santé mentale et les troubles neurologiques, est également très important selon l’Université d’Auckland.

Alors que les MNT causent la majorité des décès dans le monde (63 %), leur impact est le plus important dans les pays à revenu faible et intermédiaire et dans les communautés des pays à revenu élevé qui disposent de moins de ressources. Dans ces communautés, les MNT surviennent plus tôt dans la vie et ont un impact plus important sur la qualité de vie, la capacité de gagner un revenu, de subvenir aux besoins d’une famille et de nourrir les générations futures.

Le fardeau des maladies non transmissibles (MNT) dans la Région africaine de l’OMS augmente progressivement et devrait dépasser le fardeau de la mortalité et de la morbidité dues aux maladies transmissibles d’ici 2030 (GBD 2015 Risk Factors Collaborators). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit qu’à l’échelle mondiale, les décès dus aux MNT atteindront 44 millions d’ici 2020, ce qui représente une augmentation de 15 % par rapport à l’estimation de 2010. L’OMS estime qu’environ 4 millions de décès liés aux MNT surviendront dans la Région africaine d’ici 2020.

Les principales maladies non transmissibles de cette Région sont : les maladies cardiovasculaires, le diabète sucré de type 2, les maladies pulmonaires obstructives chroniques et le cancer. Les quatre principaux facteurs de risque de ces MNT sont : le tabagisme, l’usage nocif de l’alcool, une mauvaise alimentation et l’inactivité physique. Les quatre facteurs de risque intermédiaires sont : l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hyperglycémie et l’hypercholestérolémie.

Les inégalités de santé évitables et injustes dues au manque d’accès à une bonne nutrition, au temps et aux possibilités d’activité physique, d’éducation, d’emploi et de logement sûr expliquent cette différence entre l’impact des MNT dans les communautés riches et pauvres

L’un des principaux objectifs mondiaux de la lutte contre les MNT est de promouvoir des interventions efficaces pour prévenir et contrôler ces facteurs de risque de MNT. À cette fin, l’OMS a adopté la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT), une stratégie de réduction de l’usage nocif de l’alcool, et la Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’activité physique et la santé (DPAS).